Publié le Laisser un commentaire

Le Furoshiki, technique d’emballage japonais.

Noël approche et voici le moment d’emballer les cadeaux qui viendront décorer le pied du sapin et faire briller les yeux des enfants, petits et grands.

Les emballages cadeaux traditionnels sont magnifiques de par leurs couleurs et leurs textures mais loin d’être éco-responsable.

Chaque année, en France, près de 20 000 tonnes de ces emballages sont vendues et jetées une fois les cadeaux déballés.

Seule la moitié de ces emballages est recyclée à cause de ses différents composants. Le reste finit dans les décharges ou les incinérateurs, contribuant ainsi à un gâchis de matériaux (380 000 arbres abattus), à la pollution de notre environnement (11 000 tonnes de CO2 générées) et à la contamination de la chaîne alimentaire. 

Mais alors quelle solution privilégier?

Commencez par chercher les matériaux réutilisables que vous avez chez vous, que vous auriez conservés, ou cherchez autour de vous: tote bag, sacs cartonnés, pochettes cadeaux, boîtes cadeaux, papier journal ou magazine. 

Si vous deviez opter pour du papier cadeau, préférez le papier kraft. Il s’adapte à toutes les occasions et sa personnalisation peut-être l’objet d’un bon moment avec les enfants.

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler davantage du Furoshiki.

Cette technique japonaise, élevée au rang d’art, est apparue à l’époque Nara (710 à 794 après J.C.) sous le nom de Tsutsumi (emballage). Cette association de pliages et de nouages de tissu permet l’emballage des cadeaux et le transport d’objets de toutes sortes.

Alternative esthétique, pratique et économique aux papiers cadeaux, il peut être fabriqué à partir de tous types de tissus, unis ou à motifs et de préférence de couleurs, et peut être réutilisé à volonté selon les occasions, les saisons, ou la personne à qui est destiné le paquet. 

Choisissez un tissu ni trop épais, pour pouvoir le plier et le nouer, ni trop fin, pour qu’il garde sa forme et ne glisse pas, et assez résistant, pour les objets les plus lourds ou fragiles.

Même s’il est possible de trouver des étoffes spécifiques dans le commerce, le Furoshiki fait partie intégrante de l’esprit upcycling tant son usage est multiple.

Nos placards regorgent souvent de tissus qui pourront servir à cet usage ou, si ce n’est pas le cas, chiner les de secondes mains: chute de tissu, vêtement que vous ne portez plus, foulard, bandana, torchon, drap, taie d’oreiller, etc.

Diverses techniques s’adaptant à la forme des objets, permettent, à l’aide d’une étoffe souvent de forme carré voire légèrement rectangulaire, d’emballer par simple pliage et nouage sans couture, scotch, agrafe ou autres.

Voici ci-dessous, les méthodes de pliage les plus courantes:

Vous avez toujours la possibilité d’offrir le Furoshiki en complément du présent qu’il contient. La personne qui le reçoit pourra le réutiliser et par la même transmettre à son tour et contribuer à diffuser plus largement cette pratique ancestrale.

Elle sera également l’occasion de vous démarquer pour les fêtes et de marquer votre engagement pour la planète à travers cette démarche originale puisqu’encore assez marginale.

Vous trouverez sur internet une grande quantité de tuto sur les différents pliages furoshiki alors je ne vous fait pas la leçon toutefois vous trouverez ci-dessous quelques liens intéressants:
https://www.latelierdufuroshiki.fr/?page_id=264
https://www.youtube.com/watch?v=aQn007phR4E

 

Amusez-vous et surtout passez un Joyeux Noël!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.